Comment se passe une IVG ?

L’importance de la prévention

L’interruption volontaire de grossesse peut être pratiquée en France où elle est légale, à condition de survenir avant douze semaines. Au-delà, il ne sera plus possible d’intervenir.

Les consultations obligatoires

Pour toute IVG, il faut savoir que trois examens doivent être réalisés. La première consultation est d’ordre gynécologique afin de s’assurer que la personne concernée est en bonne condition pour pratiquer cet acte. En second lieu, elle devra subir un entretien psycho-social pour l’informer de ses droits mais aussi des conséquences de son geste. Enfin, à la troisième consultation, la femme concernée remet un accord écrit signé qui indique qu’elle est prête à subir cette intervention.

Les différentes techniques

gynecologues

Lorsque le fœtus est encore de petite taille, c’est-à-dire lors des premières semaines de grossesse, l’IVG médicamenteuse est souvent choisie par les spécialistes car elle est simple à réaliser et ne nécessite pas d’hospitalisation.

A l’inverse, si le fœtus est plus grand, une IVG chirurgicale sera choisie. Elle est alors plus difficile à vivre car le fœtus est aspiré dans une canule. De ce fait, cet acte qui était auparavant proposé uniquement en anesthésie locale peut désormais être réalisé également en anesthésie générale sans problème.

Laisser un commentaire