Mycose vaginale : les traitements naturels

Les causes et les symptômes des mycoses vaginales

Plusieurs facteurs sont à l’origine des mycoses vaginales : les maladies endocriniennes, la prise d’antibiotiques, la période menstruelle, le diabète, la grossesse, les contaminations intestinales, une forte teneur en sucre dans les sécrétions vaginales, l’utilisation de savons acides, les infections sexuellement transmissibles, l’acidité vaginale, …

Une fois l’infection déclarée, les principaux symptômes sont les pertes blanches crémeuses et épaisses, les démangeaisons au niveau de la vulve, les irritations et les brûlures vaginales, les rapports sexuels douloureux … Voir tous les détails de la mycose vaginale notamment à Candida Albicans.

Les traitements naturels contre les mycoses vaginales

L’huile essentielle d’arbre à thé

L’huile essentielle d’arbre à thé est un puissant antifongique à la fois utile et naturel ; elle s’est donc avérée être particulièrement efficace pour traiter les mycoses vaginales.

Lorsqu’elle est appliquée sur les zones infectées, elle ralentit le développement des Candidas albicans et ceux-ci arrêtent de se multiplier au bout de quelques jours. De plus, elle contient un composant (le terpinen-4-ol) qui permet également de détruire les Candidas glabata (pour information, ces derniers sont à l’origine des mycoses vaginales récidivistes).

Vous pouvez l’utiliser pure ou diluée dans de l’huile d’olive. Massez délicatement les zones infectées plusieurs fois par jour.

L’huile de noix de coco

huile de noix de coco

L’huile de noix de coco s’est aussi avérée être très efficace pour traiter les démangeaisons de la vulve et les mycoses génitales.

Vous pouvez en trouver facilement dans les épiceries ou dans les magasins biologiques (au rayon des huiles alimentaires) ; elle se présente généralement sous forme de pot.

L’huile de noix de coco est un produit biologique et sa texture est semblable à celle du beurre ; elle fond au contact de la peau à température ambiante et a une odeur agréable.

Appliquez-la directement sur les zones irritées, 2 à 3 fois par jour (après avoir au préalable nettoyé vos mains et vos parties intimes).

L’acide borique

Encore appelé « borax », l’acide borique est une substance chimique avec des vertus antivirales, antifongiques et antiseptiques ; il est donc un bon allié pour traiter les mycoses vaginales. Il se présente sous la forme d’une poudre blanche.

Il présente les avantages de ne pas irriter la peau (attention toutefois à ne pas en abuser) et de ne pas coûter cher ; de cette façon, vous pourrez en finir avec vos mycoses vaginales sans avoir besoin de beaucoup dépenser.

Pour ce qui est de la méthode de traitement, il suffit juste de diluer une cuillère à soupe d’acide borique dans un verre d’eau et d’appliquer ensuite le mélange sur les zones irritées du vagin (2 fois par jour, pendant une à 2 semaines).

L’huile essentielle d’origan

Grâce à ses effets antifongiques, l’huile essentielle d’Origan permet à la fois de traiter la mycose vaginale, de stimuler le système immunitaire et de garder la forme.

Vous pouvez soit directement l’appliquer sur les zones infectées, soit la prendre sous forme de complément alimentaire (une à 2 capsules matin et soir, pendant une à 2 semaines).

L’ail

ail

En plus de vous maintenir en bonne santé, l’ail traite efficacement les mycoses vaginales et empêche leur retour.

Dès l’apparition des symptômes, prenez une gousse d’ail, enlevez la pellicule qui l’entoure, couvrez-la à l’aide d’une compresse et utilisez-la comme un suppositoire vaginal pendant toute la nuit (pensez à l’enlever à votre réveil) ; l’opération est à répéter pendant 2 à 3 jours.

Pour ceux qui le souhaitent, il est également possible d’utiliser des capsules d’extrait d’ail (une à 3 capsules par jour). Cela permet d’éviter les mauvaises odeurs et d’aller plus loin dans le tube digestif.

Laisser un commentaire